Précocité - haut potentiel

 La définition de l'intelligence n'est pas figée ; elle est évolutive et liée au contexte sociétal.

La précocité intellectuelle

Il faut souligner la très grande diversité des profils des enfants à haut potentiel (langage, mémoire, adaptation, motivation, personnalité, etc.).

Cette extrême diversité peut expliquer la variété des termes employés pour identifier ces élèves : « intellectuellement précoces », « doués », « surdoués », « talentueux », « à haut potentiel », « manifestant des aptitudes particulières », etc.

 

À travers les mots, ce sont des concepts différents qui sont utilisés. Si, en France, la dénomination « élèves intellectuellement précoces » a été majoritairement adoptée, elle est souvent contestée, en particulier dans la communauté universitaire. Les textes officiels retiennent une expression plus ouverte : « élèves intellectuellement précoces ou manifestant des aptitudes particulières ».

L'hypothèse d'un écart entre les compétences attribuées et des difficultés avérées dans un ou plusieurs domaines d'apprentissage est donc le point de départ de l'interrogation qui justifiera une évaluation approfondie.

L'évaluation psychologique et intellectuelle est indispensable à l'analyse des difficultés d'apprentissage et à la reconnaissance des potentialités intellectuelles de l'élève quelles qu'elles soient.

 

La transmission des informations qui en sont issues appelle quelques remarques :

  • Si le quotient intellectuel (QI) a longtemps été utilisé comme unique critère pour repérer les enfants intellectuellement précoces, il est aujourd'hui considéré comme un indicateur parmi d'autres. Les performances aux tests d'intelligence sont des mesures du fonctionnement cognitif d'un sujet dans un domaine général ou particulier, et leur interprétation par les psychologues se fait en association avec d'autres informations psychologiques, pédagogiques et personnelles.

  • Le QI ne peut rendre compte à lui seul de la diversité des formes de l'intelligence. Le recueil d'autres données psychologiques est nécessaire.

  • Le diagnostic de précocité intellectuelle, élargi désormais à celui de haut potentiel ou de talent, est l'aboutissement d'un processus collectif d'évaluations et d'échanges qui implique dans le système éducatif l'ensemble des professionnels concernés et les parents.

  • Les informations psychométriques sont des données confidentielles et leur utilisation se fait avec retenue, dans le souci de la protection des personnes ; la qualification de précocité intellectuelle appliquée à un enfant a des implications dans sa vie et celle de sa famille qui, bien que méconnues et peu étudiées, ne sont pas anodines et imposent réserve et réflexion.
     

​Texte issu du site de l'éducation nationale.

Ressources bibliographiques :

 

Ministère de l'éducation nationale. Scolariser les élèves intellectuellement précoces. EDUSCOL, 2014.

 

Guénolé, Revol. Etude transversale de l'anxiété trait dans un groupe de 111 enfants intellectuellement surdoués. L'encéphale, 2013, ENCEP-582

 

Besançon, M., Barbot, B., Lubart T.I. Evolution de l’évaluation de la créativité chez l’enfant de Binet à nos jours. Recherches & éducations, 5, 215-226.

 

Isabelle Simoes Loureiro, Francis Lowenthal, Laurent Lefebvre et Laurence Vaivre-Douret. Étude des caractéristiques psychologiques et psychobiologiques des enfants à haut potentiel. Enfance, 2010, pp 27-44.

 

 Sophie Brasseur et Jacques Gregoire. L’intelligence émotionnelle – trait chez les adolescents à haut potentiel : spécificités et liens avec la réussite scolaire et les compétences sociales. Enfance, 2010, pp 59-76.

 

Amélie Courtinat et Myriam de Léonardis. Contextes de scolarisation, expérience scolaire et estime de soi chez des       

collégien(ne)s à haut potentiel. Enfance, 2010, pp 99-109.

 

Rapport DELAUBIER. La scolarisation des élèves intellectuellement précoces. Rapport du ministère de l'éducation nationale, 2002

© 2020 Benjamin Rouif