HYPNOSE

Le processus hypnotique, en passant de la focalisation de l’attention à un état de veille particulier, entraîne le cerveau à fonctionner différemment.

En effet, deux vastes réseaux cérébraux fonctionnent en opposition de phase...

Le réseau « par défaut », activé quand l’esprit vagabonde, entraîne à l’introspection. Son activité est maximale quand nous ne faisons rien, mais diminue dès que nous réalisons une tâche cognitive.
 

À l’inverse, le réseau attentionnel est très peu actif, voire inactif, au repos, mais son activité augmente au cours d’une tâche cognitive. Le va-et-vient entre ces deux réseaux a été mis en évidence pour la première fois en 2005, simultanément à l’institut Karolinska, à Stockholm en Suède, et à la faculté de médecine de Washington, aux États-Unis. La bascule de l’un à l’autre optimiserait le fonctionnement du cerveau et minimiserait l’énergie consommée.

L’hypnose, par sa capacité à modifier la perception, favorise la « flexibilité psychologique », soit notre aptitude à prendre du recul face à une situation donnée. 
L’état hypnotique favorise ce processus de flexibilité. Il place le sujet dans une perception globale dans laquelle nous recevons toutes les informations en même temps, sans fournir de signification. 

Cet état de confusion permet de circuler d’un élément de la réalité à un autre sans avoir à justifier des liaisons. Il nous sort de notre manière habituelle d’opposer des pensées, de rationnaliser, de faire des choix. L’hypnose est un générateur de solutions nouvelles.

En résumé en état d’hypnose notre cerveau peut être capable de résoudre des problèmes que notre conscience, où prédomine les processus cognitifs (analyse, décision, choix) peine à solutionner. C’est le cas par exemple pour la question de la cigarette (ou tout autre fonctionnement délétère pour l’individu) ou la conscience sait que fumer coûte cher, les dangers concernant la santé…mais où le comportement perdure malgré ces connaissances.

En clair l’hypnose thérapeutique fonctionne particulièrement bien quand la conscience n’arrive pas à modifier des comportements devenus automatiques. 

Les essentiels :

  • Une personne hypnotisée reste consciente et lucide

  • « L’hypnose » fonctionne selon un phénomène naturel de dissociation (ce qui se passe tous les jours lorsqu’on accompli une tâche automatique et que l’on réfléchit à autre chose)

  • Il n’y a pas d’hypnose (prise de contrôle) mais simplement de l’autohypnose induite chez un individu

© 2020 Benjamin Rouif